Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog calipika
  • le blog calipika
  • : Juste pour dire ce que je pense sur ce qui m'entoure. Pour gueuler un bon coup ( souvent ) ou m'emerveiller ( plus rarement... ).
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 21:35

Il y a eu beaucoup de mouvement cet été dans le monde politico-médiatique. Cela a commencé avec l'éviction de Porte et Guillon de France Inter, les affaires Bettencourt, puis Woerth-Bettencourt, puis Woerth tout court, véritable fil rouge de l'été, ensuite le braquage d'Uriage, les soirées chaudes de la Villeneuve et le discours de Grenoble, la polygamie et les expulsions de Roms. Avec tout ça la réforme des retraites est presque passée au second plan et celle des collectivités locales a été carrément sortie des médias.
 
Ce qui ressort de tous ces évènements c'est que les politiciens agissent en fonction de l'opinion publique et non en fonction de leurs convictions. Ce n'est pas une grande nouveauté me direz-vous. C'est vrai mais il me semble que ce phénomène atteint un niveau jamais atteint. De plus 
cette opinion publique est manipulée ou plutôt emportée par le courant créé par les médias. Ceux-ci n'imposent pas consciemment une opinion ( ou très rarement ) mais par leur recherche de l'audience et pour cela leur façon de draguer le public en jouant sur les émotions les plus faciles ils l'orientent dans le sens de la facilité, des idées pré-conçues qui flattent les instincts les plus bas de l'être humain. 
 
Ainsi le gouvernement mène une politique en réponse à des faits divers dépourvue de plan d'ensemble. Les annonces chocs des Ministres de premières lignes ( Besson, Hortefeux ) se succèdent pour séduire une part de l'électorat.
Ensuite M. Sarkozy tempère - un peu - ces annonces pour rassurer son électorat plus traditionnel tout en restant dans une ligne dure qui réveille l'odeur nauséabonde d'un populisme disparu depuis les années 30.

 

Quand à l'opposition elle patauge en essayant de répondre au coup par coup sans réel succès.

 

Ce qui est rassurant c'est qu'il semblerait que cela ne fonctionne pas très bien au vu des côtes de popularité de tout ce petit monde. Mais on en arrive au paradoxe que celuie qui est le plus populaire est celui qui ne dit rien et ne fait rien : Strauss-Khan. Chirac avait aussi en son temps utilisé ce paradoxe.

Partager cet article

Repost 0
Published by calipika - dans Opinions
commenter cet article

commentaires