Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog calipika
  • le blog calipika
  • : Juste pour dire ce que je pense sur ce qui m'entoure. Pour gueuler un bon coup ( souvent ) ou m'emerveiller ( plus rarement... ).
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 23:35

Oui, grosse déception. En ayant lu la BD "Le bleu est une couleur chaude" on ne peut que se lamenter de ce qu'en a fait Abdellatif Kechiche. Avec des gros sabots, des énormes rangers même il insiste très lourdement sur un aspect social à peine effleuré dans la BD : d'un côté les gens d'un milieu modeste peu cultivés - les spaghettis comme plat familiale que l'on mange comme des gorets en éccoutant questions pour un champion - qui rejettent totalement homosexualité, qui la considèrent comme une maladie et de l'autre les gens cultivés - en déguste des huitres avec du bon vin au sein d'une famille recomposée en parlant d'art et de cinéma - qui la considère comme une normalité faisant partie de l'existence.

Et pour en rajouter dans la vulgarité il affiche une sexualité assez bestiale qui a fait se gargariser la croisette mais qui n'a dit la tendresse de l'amour ni la transgression de la pornographie. Elle obsède les lycéennes de Kechiche qui sont très déurées tout en étant bien sévères face à l'homosexualité. Le cinéate déverse tot au long du film un flot de clichés affligeants. Je devrais plutôt dire au long des 2 heures que je suis arrivé à voir parce qu'en plus il y a la caméra à l'épaule ! Je n'ai tojurs pas compris qu'elle était son intérêt, je peux à la rigueur le comprendre pour un film comme "Bloody sunday" où elle est en phase avec le mouvement et le chaos des évènements mais là ? A part me rendre malade a sens ropre du terme !

 

Le livre de Julie Maroh est pourtant très subtil et très émouvant. Son propos n'est pas de défendre l'homosexualité mais de défendre l'amour quelque soit le sexe des partenaires et de montrer qu'il n'est jamais acquis, qu'il n'est jamais simple mais que c'est de lui que l'on tire tout notre bonheur. Elle se dresse dans ces pages contre l'intolérance et contre une société qui refuse la beauté et la vérité des sentiments s'ils ne sont pas en accord avec les règles étriquées qui sont les siennes. C'est une ode à l'amour, Kechiche en a fait un film voyeuriste au discours plus que douteux.

Partager cet article

Repost 0
Published by calipika - dans Pas content !!
commenter cet article

commentaires