Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2018 1 19 /11 /novembre /2018 21:03

Avec le mouvement des gilets jaunes on entend beaucoup de déclarations sur les impôts et taxes et sur les critiques de la population à leur sujet. Je viens t’entendre à la radio une déclaration d’un manifestant qui résume bien ces critiques : « on nous rackettent avec des taxes ». On nous rackettent…

Je pense qu’il faudrait d’abord rappeler ce que c’est que les impôts. Nous ne sommes plus sous l’ancien régime, il ne s’agit plus d’argent pris uniquement aux plus pauvres (les nobles n’en payaient pas) pour alimenter les caisses qui étaient à la fois les caisses de l’Etat et les caisses personnelles du monarque. Les impôts servent à alimenter les caisses de l’Etat, c’est-à-dire nos caisses à tous. C’est comme lorsque nous partons en vacances avec des amis et que nous faisons une caisse commune. Les caisses de l’Etat c’est notre caisse commune à tous et dont nous profitons TOUS. En effet avant de crier sous tous les toits que vous payez trop d’impôts avez-vous calculé combien vous touchez des caisses de l’Etat ? Savez vous combien coûte à l’Etat une année scolaire par élève ? Pensez-vous à combien coûte à l’Etat l’entretien des routes que vous empruntez tous les jours ? N’êtes vous pas content que des pompiers viennent vous secourir en cas de problème ? N’appréciez-vous pas la qualité du gymnase dans lequel vos enfants font du sport ? Ne trouvez-vous pas très joli le feu d’artifice que votre commune tire pour le 14 juillet ? etc, etc… je pourrais continuer à l’infini. Je sais que cela est totalement à contre-courant de l’idée générale mais j’affirme : c’est une BONNE chose de payer des impôts. Ce qui ne veut pas dire que je les gilets jaunes n’ont pas raison d’être en colère mais que leur colère n’est pas dirigée vers les vrais coupables, ce qui m’amène au deuxième point.

On peut selon moi réunir en deux catégories les reproches à faire au système fiscal actuel.

Tout d’abord comme le personnel politique actuel est professionnel, lorsqu’ils se présentent face au vote populaire c’est comme s’ils allaient à un entretien d’embauche et dans un entretien d’embauche on dit ce qui va nous permettre d’être embauché et non réellement ce que l’on pense. Les politiciens entendent les électeurs dire qu’ils payent trop d’impôt donc ils promettent des baisses d’impôts et en effet baissent l’impôt le plus visible, c’est-à-dire l’impôt sur le revenu. Eh oui depuis vingt ans l’impôt sur le revenu baisse et de moins en moins de contribuables le payent. Mais dans le même temps les besoins pour les caisses de l’Etat, pour la caisse commune, ne baissent pas ; donc dans le même temps on a vu fleurir et augmenter de nombreuses taxes totalement décorrélées des revenus. La TVA est passée de 18,6 à 20%, des taxes diverses sont apparues sur nos factures d’électricité, d’eau, de gaz, d’assurance, etc… La fiscalité est donc de moins en moins liée aux revenus et donc de plus en plus injustes. Regardez les papiers que vous avez reçus avec votre avis d’imposition des revenus 2017, l’impôt sur le revenu représente 25% des ressources de l’Etat alors que la TVA en représente 50% ! Je vous renvoie également à l’ouvrage de Thomas Picketty, Pour une révolution fiscale, dans lequel l’auteur nous montre que le taux global d’imposition augmente d’abord avec les revenus puis à partir d’un certain niveau de revenus il commence à baisser. A partir d’un certain niveau plus on gagne de l’argent et moins on paye d’impôt ! Le premier point est donc qu’il faut remettre en relation directe le taux d’imposition totale et les revenus. Et ne me dîtes pas qu’il ne faut pas trop imposer les riches car c’est eux qui peuvent investir dans l’économie… aujourd’hui ils investissent avant tout dans des opérations financières purement spéculatives et pas du tout productives pour l’économie dite réelle.

Et le deuxième point concerne la fiscalité locale qui provoque de terrible inégalités territoriales. Vous avez tous pu constater que les taux appliqués pour la taxe foncière et la taxe d’habitation (qui n’a pas encore disparue quoiqu’en dise tous les marcheurs, en 2017 nous avons tous payé cet impôt) sont plus élevés dans les communes populaires que dans les communes aisées. Voir cet article, il date un peu (2014) mais l’idée générale est toujours la même.

En résumé il ne faut pas crier à tort et à travers « on paye trop d’impôt » mais réclamer plus d’équité dans la fiscalité. Une fiscalité plus liée aux revenus et une fiscalité qui ne créée pas d’inégalité territoriale.

Partager cet article
Repost0

commentaires